TARSANA ترسانة

Les sanctions de l'ONU contre la Syrie sont prêtes

Damas n'a pas encore decidé de livrer les six officiers suspects.

Le président syrien BACHAR EL-ASSAD, a peu de marge de manoeuvre, vu les pressions qu'il subit et qui sont exercées par les pays amis d'Israël.

Le gouvernement Syrien insiste pour que l'interrogatoir mené par le juge intrnational Mehlis, se déroule dans la base des Casques Bleus au Golan.

De son côté, la commission d'enquête international mandatée par l'ONU, voudrait quant à elle que les suspects soient entendus à Genève par exemple.

C'est là que les exigences divergent.

Mais en quoi le lieu est important?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article