TARSANA ترسانة

La force de défense antiaérienne du Hezbollah.

Le Hezbollah se dote d’une défense aérienne

 

Le Tagheb ou HQ-7

Voilà plus d’une année que La Résistance Libanaise travaille à se structurer une aile de défense aérienne, capable d’inquiéter l’aviation israélienne.

 

Plusieurs rapports du Shin Bet israéliens ont indiqué que quelques centaines d’éléments du Hezbollah ont été en Iran afin  d’y recevoir une formation de 3 à 6 semaines, sur les systèmes de DCA et les missile sol-air livrés par Téhéran.

 

La formation des combattants libanais par les Pasdaran, s’est déroulée sur la base de l’Imam Ali près de la capitale, où les instructeurs de la brigade d’élite Al-Qods ont familiarisé les libanais introduits discrètement avec des papiers iraniens via la Syrie, avec les nouveaux missiles iraniens.

 

Selon un officiel du renseignement israélien, la force de défense aérienne du Hezbollah est dorénavant opérationnelle. Elle alignerait aujourd’hui approximativement 600 à 800 éléments, équipés en plus des traditionnels bitubes ZU-23 et les quadruples affûts 14.5, de missiles courte portée Missagh-2 et moyenne portée Tagheb.  Ce sont précisément ces missiles que les stagiaires libanais ont appris à utiliser en Iran, ainsi que la gestion de leur logistique et la doctrine tactique de leurs emplois.

 

Le missile portable iranien Missagh-2 est bien connu en Occident à cause de la phobie liée à l’utilisation de ce genre d’arme contre des avions de ligne civiles par des terroristes. C’est une réplique locale du fameux Sam-18 russe. Ce missile de 1.8 m à guidage thermique, a une portée maximale de 5.5 km et une altitude d’interception de 3500m. Sa tête contient une charge HE de 1.8 kg, pour un poids totale de 19 kg.

 

Le Tagheb, une reproduction iranienne du missile chinois HQ-7, est guidée par radar. Pouvant atteindre une altitude de 5500m et frapper la cible à 9 km de distance en explosant à coté, grâce à une fusée de proximité dans la tête. Il fait parti de la nouvelle génération difficilement brouillable.

 

 

Il ne faut cependant pas se leurrer sur les conséquences et aboutissements de ces dotations, car il va de soi que cet armement aussi sophistiqué soit il, n’empêchera pas les incursions aériennes israéliennes. Par contre cette défense antiaérienne  se révèlera utile pour gêner les  appareils de l’aviation sioniste en les empêchant d’opérer de leur plein potentiel. Durant la dernière guerre sur le Liban, Israël était le maître incontesté du ciel et ses avions opéraient à leurs guises, car rien ne les contraignait dans leur travail. Grâce à cette nouvelle composante de D.A, le Hezbollah obligera les aéronefs hébreux à voler à haute altitude et à adopter un mode opératoire à passage rapide. Ces nouvelles contraintes influenceront sur la qualité de la surveillance aérienne d’Israël au dessus du Liban et donc sur son potentiel de nuisance.

 

Sans parler aussi du fait que ces nouvelles armes, bien utilisées en embuscade, sont fatales pour tout hélicoptère de transport ou de combat, ainsi que sur les drones de surveillance qui tout comme les hélicos, ne peuvent pas voler très haut.

 

Elle est fini l’époque où Israël se comportait comme il lui plaisait dans le ciel du Liban.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article