TARSANA ترسانة

L’Iran éprouve son bouclier aérien, le TOR M-1 est déjà opérationnel.

TOR M-1 est un système capable d'intercepter les missiles de croisière ou balistiquesL’Iran éprouve son bouclier aérien, le TOR M-1 est déjà opérationnel.

 TOR M-1 l'Iran en pocède 29 unités.

Lors de la dernière manœuvre qui avait inclue les forces aériennes et de défense antiaérienne, des missiles de batteries de TOR M-1  ont été testés.

 

Il est devenu fréquent que l’Iran procède à des démonstrations de force de grande envergure pour accentuer un peu plus sa dissuasion, autant envers les USA et Israël qu’envers ses voisins potentiels hôtes des bases de départ de frappes américaines, les pays sous entendus sont évidemment les pays du Golfe.

 

Il faut cependant voir dans cette vague de grands exercices, qui a englobé la moitié du territoire iranien, plus qu’une démonstration de muscles habituelle, mais plutôt une vraie préparation tactique de l’ordre d’une simulation massive, d’un scénario d’attaque que Téhéran cherche à éviter mais auquel elle se prépare quand même.

 

Il faut prendre ces manœuvres de la défense aérienne au sérieux car apparemment les iraniens prennent la menace d’une frappe américano israélienne au sérieux. Cette fois il ne s’agit pas pour Iran d’étaler ses forces pour dire qu’un conflit fera très mal à celui qui attaquera ses installations nucléaires ou ses points névralgiques. Non cette fois il n’y a pas eu de tir de missiles balistiques Shahab-3 ou Achoura, cette fois il s’agissait de roder la machine de défense pour se garantir une marge de protection pour ses infrastructures importante et ses centres décisionnels. L’accent a été mis sur la communication, les liaisons, la coordination,  l’interopérabilité et il s’agissait surtout pour les iraniens de tester en opération grandeur nature les batteries récemment formées par les armes nouvelles, d’acquisition principalement russe. Le radar de detection et conduite du tir du système TOR M-1.

 

Dans ce but, des batteries de TOR M-1 ont été déployées et mises à contribution, il s’agit d’un système de missile sol-air moderne dédié à la défense de points stratégiques et qui peut intercepter tous les appareils ou objets volants, y compris les missiles de croisière ou balistiques. Ce système dont l'Iran pocède 29 unités, fait parti des composants essentiels de la toile de défense aérienne que la République Islamique d’Iran cherche à tisser.

 

L’acquisition très souhaitée du fameux système S-300 donnerait à ce bouclier antiaérien iranien un vecteur très puissant. Mais c’est un projet qui n’a pas encore abouti malgré l’insistance iranienne auprès de Moscou 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article