TARSANA ترسانة

Israël ravage Gaza mais n'arrive pas à contenir le Hamas

Le Hamas est très populaire dans sa régionIsraël ravage Gaza mais n'arrive pas à contenir le Hamas. Pendant ce temps certains gouvernemnts arabes se sont quasiment allié à Israël.
Les Brigades Al-Qassam

Voilà deux semaines que les feux des machines sionistes arrosent tous ce qui tient debout à Gaza, déchainant un enfer pour les habitant de la plus grande prison du monde et celà au nez et à la barbe du monde entier, utilisant dans ce déluge de feu tous les moyens dont l'état hébreux dispose, mis à part ses armes de déstruction  massive, il a tout employé contre ses adversaires n'épargnant aux civiles ni les fameux Hellfires qui pleuvent du ciel ni même l'artillerie de ses navires de guerre.

Tel-Aviv déclare qu'elle mène une guerre sans merci contre le terrorisme du Hamas, sous-entendant par là pour ceux qui connaissent sa términologie, qu'il est de son droit légitime de frapper fort pour se protéger de tous ceux qui lui résistent et que dans ce noble but, elle n'a hélas pas le loisir d'éviter les pertes collatérales. Les civils eux c'est secondaires, ça fera un peu râler l'oppinion pubique mondiale (Etats-Unis mis à part évidemment), il y aura quelques manifestations, mais on s'en fiche car la mémoire des foules est courte. Même les pays arabes montrent des réactions très molles, alors...

Le déroulement des évènements démontre que malgré toutes les assurances propagandistes de l'armée sioniste, Tsahal ne pourra pas éxterminer le Hamas, il pourront certe lui porter des coups sévères mais pas l'anéantir, le fait que plus de 900 roquettes et obus de mortier et d'artillerie sont tombés sur Israël depuis le début de l'offensive. Donc Israël dit qu'il a fortement amoindri le Hamas en éliminant des centaines de ses combattants, mais la réalité de l'actualité veut que les tirs palestiniens des Brigades Al-Qassam ont quadruplé par rapport à la période précédente la guerre. Leurs tirs touchent même des localité bien plus éloignée qu'avant, jusqu'à 50 km le plus récement enregistré. La prévisible incursion massive dans La Bande de Gaza, ne récoltera pas non plus les résultats escomptés, c'est vrai que Tsahal a réussi à détruire une bonne partie de l'infrastructure de la mouvance palestinienne, mais les résistants à Gaza ont tout le soutien populaire et ils dans leur élément le plus naturel, intégrés et fusionnés avec cette  société urbaine au tissu démographique si dense.

Sachant également que le Hamas s'est inspiré de la méthode de guérilla du Hezbollah libanais, il a apparement selon les observateurs sur le terrain, acquis des armes antichar et anti aérienne qui pourront causer beaucoup de soucis aux troupes israéliennes. Sans parler du fait que toute ces guérillas endurcies de la région, sont devenues des championnes du parcours piégé et des charges fatales que même un Mekava ne peut encaisser. Le soufalge de chars est devenu la spécialité moyen-orientale.
Les palestiniens ont adopté la méthode libanaise
Ces armes fournies par Téhéran démontrent une certaine structuration à la libanaise et un rapprochement idiologique et politique entre le Hamas et l'Iran, l'influence de cette dernière n'est plus un secret pour personne. C'est là justement qu'il faut chercher les raisons de l'entendement entre l'Egypte, l'Arabie-Saoudite et Israël.

Mais concernant les états arabes c'est une autre histoire, car les capitales arabes ont passé un à nouveau stade dans leur bassesses collaboratrice, au stade de la trahison à peine camouflée. Ils ont grimpé un nouvel échelon dans leurs courses à la  vassalité et au courbettisme. Tous le monde sait que les masses arabes sont solidaires entre elles, que populairement la rue arabe est assez unifiée idiologiquement et qu'elle est assez émotive pour réagir au quart de tour. Les gouvernements arabes gangrénés par la corruption et les illusions des future mérites ne représent aucunemment leurs publics. Il est évident aujourd'hui que le Caire et le Ryad préfèrent voir les israéliens masacrer le peuple (frère?)palestinien, que de laisser Téhéran avoir une politique d'influence dans la région. N'est ce pas dans ces pays là qu'on dit que les perses sont plus dangereux pour les arabes que les juifs.

Malheur à cette nation dirigée par des tyrans aveugles et cupides qui la conduisent à sa perte malgré tout son propre éveille. Les dirigeants de l'Egypte ou despays arabes du Golfe, ont raison de craindre une révolution populaire chez eux, un peu comme lorsqu'une révolution a mis terme au dispotisme d'un certain Shah d'Iran en 1979.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article