TARSANA ترسانة

L'iran ne cède pas sur le nucléaire.

Téhéran décide d'augmenter sa production d'uranium enrichi.

La résolution 1737 , inclue l'arrêt du developpement balistique de l'Iran.Suite aux sanctions adoptées par le conseil de sécurité de l'ONU, les autorités iraniennes ont déclaré que la résolution 1737 était illégitime de point de vue légale et qu'en conséquence les iraniens allaient remettre leur principe de collaboration avec l'AIEA en cause.

 

Certains radicaux ont même réclamé en Iran, que leur pays  se retire du TNP.

 

La résolution 1737 exige de Téhéran qu'elle cesse toute activité de recherche et de développement dans le domaine de l'enrichissement d'uranium et ceci dans un délai de deux mois.

 

Le texte exige également l'arrêt totale du développement industriel des vecteurs balistiques tel que les missiles sol/sol de moyenne portée ou à long rayon d'action.

 

Même si la résolution exclue toute intervention militaire, car les positions russe et chinoise ne l'auraient pas permise, elle a clairement pour but d'empêcher l'Iran d'accéder au statut de puissance tel qu'il le perçoit.

 

Le régime iranien conçoit sa place dans la région proportionnellement à son potentiel militaire grandissant. Il n'est dès lors, plus étonnant que l'état cherche à sanctifier son sol. Ceci passe par la dissuasion nucléaire, mais également par la puissance classique, d'où la nécessité de développer son industrie militaire nationale.

 

Les appels de l'Occident pour l'arrêt de la production de missiles balistiques par l'Iran sont fréquents, c'est une raison suffisante pour l'opinion publique conservatrice de croire que les exigences occidentales, ont pour but d'empêcher leur nation de réaliser des progrès en matière de défense. Si les iraniens avaient pour ambition par exemple de développer un bombardier furtif à long rayon d'action (et ce n'est qu'une fiction, vu leur moyens limités), n'y aurait il pas actuellement une résolution onusienne pour empêcher cette idée d'aboutir.

 

Connaissant les penchants de sa base populaire, le président A.Najad n'a pas hésité suite à cette condamnation d'affirmer que son pays avait l'intention ferme de poursuivre ces activités sensibles et qu'il allait même doubler l'effort.

 

3000 centrifugeuses ont été annoncées comme exemple de cette volonté.

 

Il faudra s'attendre également à de nouvelles percées de l'industrie de défense dans divers domaines , car les iraniens ont opté pour le bras de fer et que leur dissuasion doit être diversifiée.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article