TARSANA ترسانة

Le Liban frôle la guerre civile. Une guerre d'interêts entre l'Iran et l'Arabie Saoudite.

Le FL distribue des armes à ses hommes et des Les manifestations qui ont lieu depuis deux mois à Beyrouth, ont été menées sans violence contre les forces de l'ordre.miliciens de la coalition du 14 Mars abattent des manifestants?

 

 

 

 

Qui fomente une zizanie et a recours aux provocations au Liban, afin de replonger ce dernier dans la guerre civile ?

Pire ! Provoquer ne suffit plus à ces seigneurs féodaux qui cherchent à promouvoir le confessionnalisme et les identités claniques, ces saigneurs de la nation sont passés au langage des armes, allant jusqu'à tirer sur des civiles exerçant leur droit civique de manifester contre le gouvernement actuel et son premier ministre.

Le Liban est divisé aujourd'hui entre deux courants :

-L?opposition au gouvernement de Fouad Saniora et qui réunie le Hezbollah et le Courant Patriotique Libre, le Mouvement Amal et le parti Al-Marada, ainsi que d?autre organisations et mouvement qui reprochent au gouvernement sa corruption et son incapacité à sortir le pays de la crise et accusent pour certains, son chef de trahison envers la Resistance pendant la dernière guerre avec Israël?

-La coalition du 14 Mars qui cherche à maintenir le premier ministre F.S en place et qui rassemble le Courant du Future, les Forces Libanaises, les Phalanges et le Parti Progressiste Socialiste, ainsi que d'autres groupes et leurs ramifications.

 L'armée Libanaise et les Forces de Sureté Interrieure ont déployé des centaines de blindés pour empêcher les provocations et débordement.

 

 

 

 

 

 

 

Il faut signaler que pendant ces derniers évènements l'Armée Libanaise ne s'est pas alignée sur une position ou une autre, même pas à celle du gouvernement. Les unités de l?armée ont été déployées selon les directives de l'état afin de contrôler tout débordement lors de la grève générale lancée par l'opposition, mais en aucun cas le premier ministre ne pourra l'engager dans une répression contre des civiles ou des militants de l'opposition, car il faut bien le comprendre, l'Armée Libanaise n'est pas un instrument de pouvoir dans le jeu politique intérieur, elle est populaire et elle n'a jamais connu dans son histoire un loyalisme aveugle pour le pouvoir. C'est ce qui a peut être épargné au pays d'être dirigé par une dictature totalitaire basée sur la force de la matraque.

 

 

 Pour ces raisons, l'armée demeure neutre et sa composition la rend très fragile aux conflits d'appartenance identitaire. Elle sait qu'elle ne survivra pas en s'engageant dans ce genre piège.

Le gouvernement contesté a par contre, un solide appuie sur les Services de Sûreté de l'Etat, les fameux Moukhabarat, à qui les autorités ont ordonné de collaborer avec les milices du club du 14 Mars et leur a signifié de fermer les yeux sur les livraisons d'armes en faveur de ces derniers.

Samir Geagea, le chef de l'organe exécutif des Forces Libanaises, milice chrétienne et alliée locale d'Israël, a déclaré que l'armée et les forces de l'ordre n'accomplissent pas leur tâche pour contrer les grévistes et les manifestants de l'opposition car selon lui elles devraient recourir plus à la force. Une excuse sans doute pour équiper et envoyer 700 miliciens du F.L pour attaquer les opposants ce qui a causé des dizaines de blessés.

Les agents de Samir Geagea ont attaqué des bureaux de partis de l'opposition et ont malmené et blessé une personne âgée. Ils ont pris pour cible également des membres du parti Al-Marada. Ces deux organisations partisante de l'opposition sont pourtant à dominance chrétienne tout comme les Forces Libanaises ou les phalangistes, ce qui enlève à ces derniers la carte confessionnelle.

Cette carte confessionnelle est par contre très employée par le Courant du Future ou les "Harririens", qui cherchent à discréditer le Hezbollah et la Résistance en prétendant que ces chiites sont des agents iraniens et qu'ils veulent dominer les sunnites au Liban.

Les "Harririens" cherchent leurs appuies en Occident, aux Etats-Unis, mais surtout en Arabie Saoudite qui cherche à son tour à contrer l?influence iranienne au Liban. Dans le but de former une milice le Courant du Future a armé les siens et les a autorisé à tuer 3 citoyens afin de provoquer le Hezbollah et le pousser à se venger.

Alors qui cherche à plonger le pays dans le chaos et la guerre civile ?

D?un côté on a l'Opposition qui cherche à renverser un premier ministre qu'elle considère comme un pion de Washington ou de Paris et qui se permet d'ignorer les revendications de plus de 50% des libanais.Selon ces contestataires, il a eu tort de déclarer que le Liban va bénéficier de 7 milliards de dollars de dons accordé grâce à Paris 3, sachant que seulement 1 milliards de $ sont vraiment donné sans retour, tandis que les 6 milliards restants sont sous formes de prêt. La dette du Liban venait d'être estimée à 41 milliards de dollars selon les estimations de l'ONU, M. Saniora vient de porter cette dette à 47 milliards de dollars.Les unité d'infanterie mecanisée se sont déployées surtout sur les axes routiers de Beyrouth.

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Opposition qui réclame le départ du premier ministre qu'elle juge illégitime, a eu recours aux manifestations populaires, depuis deux mois maintenant et a décidé depuis une semaine de monter d'un cran sa protestation, alors elle a décrété une grève générale et a bloqué la circulation à l'échelle du pays.

Mais jamais l'Opposition ne s'est munis de ses armes contre des libanais. Depuis 2 mois que la contestation est active et que l'armée est déployée, aucun incident grave n'a éclaté, car les leaders de l'opposition tienne à ce qu'elle reste démocratique et populaire et ils ont été les premiers à rappeler leur partisans à rentrer à la maison pour éviter les vengeances et représailles.

Hassan Nasrallah a déclaré que chaque libanais qui prend les armes contre d?autre libanais, est entrain de servir les intérêts de l?ennemie et c?est un traître. Jamais il ne jouera le jeu de ceux qui veulent attirer le Hezbollah à recourir à la force pour le faire sortir de son jeu démocratique.

Le Général Michel Aoun qui est à la tête du Courant Patriotique Libre et un des principaux acteurs de l'Opposition, a affirmé que des milices se créent afin d'affaiblir les institutions de l'Etat et s'en prennent particulièrement à l'Armée Libanaise pour recréer la situation des années 80. Comment sinon expliquer le discoure de Samir Geagea qui justifie la violence commises par ses amis et la mort de 3 civiles, en expliquant que les forces de l'ordre n'ont pas réussi à rouvrir la circulation bloquée par les manifestants, alors sa milice a attaqué. Ses hommes de mains qui ont ravagé des bureaux et des intérêts de l'Opposition et blessé des foules de citoyens là où ils le pouvaient, avec des armes de tous genres, ont sûrement agi pour "remettre de l?ordre"¨!?!

Les snipers qui ont tiré sur la foule et qui appartiennent à la milice des "Harririens" ou le Courant du Future, ont fini par tuer 3 civiles et blesser même des soldats de l'armée, surement aussi pour faire de l'ordre. Le motif avancé par les Harririens est que ces manifestants sont à la solde de la Syrie ou de l'Iran et que leur but, est de priver les sunnites de leurs acquis, alors il faut leur faire la guerre. Pour cela l'argent saoudien afflue car l'Arabie Saoudite voue une haine profonde au Hezbollah qui devenu très populaire partout au sein du monde musulman et arabe et qu'elle considère comme un bras stratégique dans le Proche-Orient  arabe.

Aidée, selon certaines sources médiatiques et politiques, par des services étrangers ou locaux, la milice du Courant du Future essaie de diaboliser le Hezbollah et le provoque par des tueries dans les rangs de ses sympathisants, pour la seule raison de vouloir l'attirer à une confrontation armé, ce qui favorisera une guerre à l'iraquienne entre sunnites et chiites.

Qui veut déstabiliser le Liban et en profiter ? Il suffit d'additionner ces facteurs pour avoir la réponse :

 

Un groupe armé sunnite appelé Jund Al Cham fait son entrée sur la scène libanaise en attaquant une patrouille de l'armée.

Des miliciens de Samir Geagea attaquent et blessent gravement des contestataires, distribuent des armes et dire faire appliquer leur loi si l'état ne se montre pas assez fort.

Il y a les miliciens de Hariri Junior ,(appuyées selon les rumeurs par les services de renseignement saoudiens), qui cherchent à faire croire que la Resistance s'est armée contre eux, pourtant depuis toutes ces années que le Hezbollah a la suprématie militaire au Liban, il n?a jamais usé de la force contre ses adversaires politiques libanais et ses actions militaires depuis 17 ans était concentrés contre les troupes israéliennes et l'ASL au Sud Liban.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article