TARSANA ترسانة

Alger, puissance régionale du Maghreb ?!?

L’Algérie leader du Maghreb ?

  Alger a commandé une cinquantaine de MIG29

Habituellement, évoquer l’Algérie, son armée et les questions sécuritaires renvoie à des images très figées dans la mémoire collective, c’est dire le cliché des soldats déployés dans le maquis ou des hommes cagoulés traquant les Barbus (les islamistes) et autres activistes .

Dans les cercles plus avisés sur les questions sécuritaires, une vision plus globale sur les forces gouvernementales algériennes, démontre une doctrine militaire plus ambitieuse.

En effet le gouvernement algérien a entrepris récemment de revaloriser l’équipement militaire de son armée. Il est facile de constater de par la nature même des acquisitions et contrats récents d’armements, que l’état a réorienté sa priorité de défense de l’intérieure vers l’extérieure.

L’achats d’une cinquantaines de chasseurs/bombardier genre Mig29 et Soukhoy30, en plus des 300 chars T90 et quelques patrouilleurs et corvettes pour la marine, prouve que cet arsenal n’est pas destiné à la lutte contre un ennemie d’intérieur.

 Le fait que le gouvernement algérien a décidé d’acquérir également du matériel américain, ne va pas non plus leurrer Washington. Car en comparaison des deux milliards dépensés par Alger en armement lourd russe, ce n’est pas la commande de quelques hélicoptères et appareils électroniques américains qui fait le poids. Même si ce matériel commandé aux Etats-Unis est prédestiné au combat anti-guérilla pour éradiquer la menace islamiste.

Le Maroc est le principal inquiété. Naturellement, ce dernier a suivi aussi un programme de réarmement, même en sachant qu’il ne pourra pas suivre le rythme des enchères avec son voisin algérien qui a un budget de défense trois fois élevé. C’est ici que les Etats-Unis interviennent.

Le Maroc sait pourtant que l’Algérie n’entrera jamais en conflit ouvert avec lui, mais la question sur le Sahara Occidental et ses indépendantistes crée des tensions. Rabat comprend aussi que l’armée algérienne a besoin de redonner un peu de souffle à son matériel vieillissant et qu’elle a un énorme besoin de pièces de rechange et de rénovation pour remise à niveau. Rien que pour pouvoir contrôler et sécuriser un territoire  quatre fois plus grand que le sien. Algérie a six frontières à surveiller.

Washington n’a pas manqué au jeu. Aujourd’hui étrangement le Maroc a été déclaré comme allié principale et stratégique des USA. Le Roi Mohammed VI a approuvé l’installation de la plus grande base militaire américaine d’Afrique, au Maroc. Cette alliance constitue la dissuasion contre l’Algérie.

 Depuis quelques temps, les observateurs constatent une exagération médiatique américaine sur le potentiel défensif algérien, le comparant abusivement à celui de l’Iraq des années quatre-vingts. Avant l’invasion de l’Iraq la Maison Blanche n’a pas hésité à attribuer à l’armée iraqienne le titre excessif de quatrième puissance du monde. Ce même scénario se répète apparemment dans le cas algérien. On évoque parfois l’émergence d’une puissance leader au Maghreb tout comme on faisait pour l’Iran ou l’Iraq dans le cadre du Moyen-Orient.

Cette surestimation est flagrante, car objectivement et en dépit des sentiments de fierté nationale que ces affirmations déclenchent, le potentiel algérien reste limité comparativement  à d’autre pays de la même sphère comme l’Égypte ou même la Syrie. Des que Alger a décidé de moderniser un peu son armée, on l’a accusé de vouloir se constituer un moyen de harceler ses voisin un peu à l’image de l’Iraq. Mais comment comparer les deux ambitions sachant la différence de portée de chacune : L’Algérie est loin de s’être doté des anciens moyens de Saddam. Elle est loin de posséder ne serait ce qu’une partie de l’industrie militaire que possédait l’Iraq ou celle de l’Egypte. Personne n’a entendu parler de fusée algérienne lançant un satellite dans l’espace comme celle du ‘Aabed lancé par l’Iraq en 88. Personne n’a entendu parler d’un quelconque missile, char de combat ou avion fabriqué en Algérie. Pourtant les pays comme l’Egypte, l’Iran, la Turquie ,Israël ou le Pakistan disposent largement de ce genre d’industrie et certains valent bien les producteurs occidentaux dans certains domaines, comme celui des missiles balistiques ou celui des blindés.

 Alors pourquoi cette exagération criante de la part des USA à propos d’Alger ?

Pourquoi les américains versent de l’huile sur le feu ? Par exemple en fournissant une aide dans la recherche scientifique nucléaire au marocains, juste après la modernisation des deux réacteurs nucléaires entrepris par Alger afin d’augmenter la part de l’énergie atomique.

 Que cherche à faire Bush et son équipe dans ce dossier ?

  N’oublions pas que l’Algérie est très richement pourvue de réserves d’hydrocarbures et possède beaucoup de ressources en richesses naturelles.

Et l’Europe se laissera t-elle prendre sa zone d’influence première ?!?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article