TARSANA ترسانة

Le principe libanais de la dissuasion navale.

normal-afw.jpgLe principe libanais de la dissuasion navale.

Le missile iranien mer-mer Nour a une portée de 100km

Dans un discours prononcé le 25 mai, lors du 10ème anniversaire de la libération du Sud-Liban, le Secrétaire général du Hezbollah, a annoncé que l'équation de la dissuasion est toujours en cours. La réponse à un éventuel embargo sur les ports du Liban, sera de la même nature que l'agression: «tous les navires militaires, civils et commerciaux en provenance ou en départ vers les ports méditerranéens d'Israël sont à portée des missiles anti-navire de la résistance islamique », ajoutant : Je parle maintenant de la Méditerranée car nous n'avons pas encore abordé la Mer Rouge.

 

Le «sayed» Hassan Nasrallah a clairement fait référence à une nouvelle donne stratégique qui va établir une sorte de dissuasion, en instaurant le principe de la réciprocité. Pour résumer cette pensée, on peut dire que ce sera œil pour œil et dent pour dent.

 

Dans la suite de son discours, le chef charismatique de la résistance libanaise a affiché son peu d'estime pour les nouveaux systèmes de défense israélienne antimissiles. Il a dénigré l'efficacité de ces nouveaux réseaux d'interception de roquettes, en affirmant que ni le programme Dôme d'acier ni la Fronde de David ne pourront protéger le sol israélien contre l'artillerie lourde du Hezbollah. D'ailleurs aucun de ces systèmes n'est actuellement opérationnel.

 

Il assuré que la prochaine agression israélienne sera la dernière car Israël sera totalement défait. Toutes les installations d'importance, les ports, aéroports, raffineries, et infrastructures civiles et militaires seront bombardés dans la prochaines confrontation.

 

Le fait que l'armée de l'air israélienne ne puisse plus agir à sa guise, selon le S.G. Du Hezbollah, indique que ce dernier a préparé et amélioré sa défense DCA.

 

Mais une certitude quant au potentiel de la Résistance est avérée. C'est que cette dernière aligne assez de batteries de missiles anti-surface pour imposer un embargo total sur la navigation israélienne. Les combattants libanais pourraient par contre autoriser des navires à quitter l'état hébreux, s'ils sont pleins de civils israéliens quittant la Palestine, tel qu'ils sont arrivé pour coloniser cette terre il y a 60 ans.

 

Le Hezbollah qui est aujourd'hui bien plus puissant que dans le passé, possède trois vecteurs lui permettant de couler tous navires dans les eaux territoriales israéliennes, ce sont les missiles anti-navires C-801 et C-802 de facture chinoise, ainsi que probablement des missiles Nour de fabrication iranienne. Des rumeurs prétendent également que l'organisation paramilitaire libanaise posséderait des torpilles à réacteur de conception iranienne, une armes sous-marine révolutionnaire grâce à sa vitesse d'impact, mais dont le rayon d'action n'excède point les 10 km.

 

Le chef de la guérilla libanaise a indiqué que Tel-Aviv n'a pas le monopole de la guerre psychologique, que rien n'incite les libanais a rassurer Israël. La seule dissuasion possible à l'égard d'Israël tient dans l'union et la solidarité intérieure incluant le trio peuple-armée-résistance. Il a également préconiser de fonder une industrie militaire nationale capable de produire toutes sortes de missiles localement, indiquant que toutes les ressources nécessaires à cette fin sont disponible, mais que la décision politique manque. Pour appuyer son idée, il a dit qu'un tel programme de production balistique est plus rentable que l'achat d'une dizaine de chasseur Mig-29, faisant allusion à l'acquisition de matériel lourd par l'armée libanaise qui ne pourra jamais servir contre Israël.

 

On peut considérer les menaces du «sayed» Nasrallah, comme une déclaration de mise en garde relative aux manœuvres militaires israéliennes de la semaine dernière.

 

Le potentiel de nuisance du Hezbollah est énorme, il peut effectivement imposer un blocus maritime à Israël en visant tous ses navires en Méditerranée. Même si les navires navigant dans la Mer Rouge, sont actuellement hors portée des missiles sol-mer, le port d'Eilat sur le petit litoral de la Mer Rouge, est par contre dans le rayon d'action de nouveaux missiles M-600 de fabrication syrienne et Fateh-110 made in Iran. Ces engins ont une précision hectométrique, permettant de cribler les installations portuaires.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article